À propos

Les objectifs des Fieris Féeries

Tellement plus qu’un spectacle de rue !

Depuis 2013, la parade des Fieris Féeries a sillonné à trois reprises les rues sérésiennes avec un succès sans cesse croissant. En 2020, les circonstances ont amené le spectacle de rue à prendre la forme d'une balade, mais l'objectif reste inchangé. Sa préparation mobilise les participants, leurs compétences, leurs savoir-faire et leurs ressources. Bref, tous ces éléments qui forment la culture de chacun. L’organisation de ce qui est tellement plus qu’un spectacle de rue vise, entre autre, à permettre l’expression de celle-ci (nous y reviendrons plus loin). Par « culture » il faut entendre ce que l’UNESCO définit ainsi : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts, les lettres et les sciences, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

« Dans cette conception, la culture est un ensemble dynamique d’éléments qui contribuent à « faire société » de manière plus ou moins harmonieuse  ». Or, en ces temps de crise, toutes les cultures tendent à pencher vers la rassurance de l’homogénéité, qui incite au repli sur soi et ses semblables plutôt qu’à l’ouverture : elles ne laissent pas toujours toute sa place à la richesse de la diversité. C’est la peur de l’Autre - qu’il soit étranger, réfugié, migrant, chômeur, exclus, jeune, handicapé – qui tend à prévaloir. Il est souvent difficile pour chaque culture, écartelée entre ces deux tendances, d’apporter des réponses constructives afin de combler des fossés qui se creusent. Face à cet état de fait, toutes les cultures ont un rôle à jouer, mais la culture dominante, du fait de sa position, doit prendre l’initiative. Elle doit endosser un rôle moteur pour stimuler l’ouverture, la créativité et les forces de propositions diverses.

Le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège et ses partenaires, à travers les Fieris Féeries, ont clairement fait le choix de miser sur la démocratie culturelle : il s’agit d’interroger la culture dominante au travers des autres cultures, de la transformer, de la compléter afin que tous s’y reconnaissent et s’y sentent inclus. Ainsi, dans la préparation de la parade, chaque participant (citoyen, membre d’association, de club sportif, commerçant…) arrive avec son bagage qu’il met à disposition du groupe : qui maîtrise avec brio les secrets de la couture et encadre un groupe d’apprentis couturiers, qui s’improvise guide touristique pour faire découvrir l’histoire de son quartier à ses voisins, qui prépare un exposé en relation avec le thème choisi pour défiler le jour du spectacle. Et peu importe, ou tant mieux qu’il ait derrière lui un parcours de migration, qu’il soit jeune ou porteur d’un handicap !

Non seulement ces personnes apportent leur pièce à l’édifice mais elles sont de surcroît valorisées pour leurs compétences et leurs connaissances. Bien plus encore : elles assurent la transmission de leurs savoirs à d’autres qui, à leur tour, jouent un rôle dans la mise sur pied de l’événement, et acquièrent par là-même de nouveaux savoirs. De cette mécanique en cascade, résolument inclusive, tout le monde ressort gagnant : le citoyen, valorisé et fort de nouvelles compétences, mais aussi la collectivité, qui s’enrichit des liens que tissent entre eux les participants, des complémentarités qui se créent, des compétences qui se transmettent et, surtout, de la complexité et des nuances de la société qui s’expriment.

« L’imagination au pouvoir »

Il y a 50 ans, un vent contestataire soufflait sur l’Europe avec, en France, des slogans tels que celui-ci : « l’imagination au pouvoir ». La dynamique des Fieris Féeries illustre à merveille cette idée : elle cherche à créer un espace protégé propice à la proposition de réponses novatrices à des problèmes contemporains, où chaque citoyen a la possibilité de se saisir de la place qu’il souhaite prendre. Une démarche en opposition avec la dictature de la réalité ou de l’immobilisme qui poussent à la conformation à un modèle de société que rien ne semblerait pouvoir ébranler : « on n’a pas le choix », « il faut être réaliste », « gardons les pieds sur terre », « il n’y a pas d’alternative » …

On le voit : il s’agit ici de permettre l’innovation, la recherche de pistes de solutions en encourageant l’expression de différentes cultures et l’innovation sociale. De cette volonté de faire se rencontrer et converger une multitude d’individualités vers un même objectif – l’organisation du spectacle – naît une supraculture, somme de ce joyeux brassage de différences qui vise à construire et raconter une histoire commune : celle d’une société où chacun trouve sa place, s’investit dans quelque chose de plus grand que lui, au bénéfice de la société mais aussi de lui-même.

Pérenniser l’événement

En trois éditions, la parade a conquis le coeur des Sérésiens (et de leurs voisins), mais pas seulement : si le public a quadruplé aux abords de la parade (la première édition, en 2013, comptait 3000 spectateurs, alors que la troisième, en octobre 2017, en a rassemblé 12 000), les élus communaux montrent un soutien enthousiaste à l’événement et ont le souci de l’inscrire dans la durée. La culture dominante a par ailleurs réservé une place de choix à ce moment d’expressions culturelles : Métamorphoses a intégré la parade à son programme qui célèbre les villes qui changent. Car Seraing a, depuis une dizaine d’années, entamé sa mue. En 2007, elle s’était dotée d’un Masterplan qui, grâce à la construction d’un boulevard urbain et de bâtiments emblématiques (administration communale, centre de recherche CMI, complexe Neo Citta, …), marquait un tournant dans l’histoire de cette ville durement éprouvée par les crises successives et le déclin de son industrie sidérurgique.

La parade des Fieris Féeries complète la démarche de transformation en travaillant sur le pôle humain par le biais de la culture : elle vise à res-susciter chez les citoyens leur envie de bien vivre ensemble et à tisser du lien social. Elle jette également un coup de projecteur sur cette ville riche de ses habitants et travaille à changer le regard, parfois négatif ou désabusé, qui pèse sur eux ou qu’ils ont d’eux-mêmes. Ainsi, encadrés par des professionnels du spectacle de rue – La Compagnie de la Sonnette – mais aussi des costumières, des artistes plasticiens, des professionnels du cirque…, ils s’enrichissent mutuellement en construisant ensemble un spectacle qui leur ressemble : chaleureux, inventif et surprenant, dont ils ont tout lieu d’être fiers.

Retour sur les dernières éditions

Les Fieris Féeries métamorphosent Seraing en 2018

Voir la galerie photo complète sur Flickr

Avant la parade 2017 en photos

Voir la galerie photo complète sur Flickr

La préparation de la parade 2017 en photos

Voir la galerie photo complète sur Flickr

La parade 2015 en 3 minutes

Un film réalisé par Martin Mailleux

La parade 2015 en 30 minutes

Un film réalisé par Espace Media à Seraing

La préparation de la parade 2015

Emission tv concédée "Libres, ensemble"
sur la RTBF / La Une

La préparation de la parade 2015 en photos

Voir la galerie photo complète sur Flickr

La parade 2013 en vidéo

Achetez le DVD de la parade 2013 (35 minutes),
en vente au Centre culturel de Seraing au prix de 1,50€